American Day à la Pointe Vénus ce dimanche

American Day à la Pointe Vénus ce dimanche
MAHINA, le 30 juin 2016 – Mahina va fêter la fête nationale américaine à sa façon ce dimanche. Au programme : tests de Harley Davidson, exposition de vieilles voitures, spectacle de cheerleaders et de danse hawaiienne, paddle et bouées gonflables pour les enfants… Tout pour passer un bon dimanche en famille.

Ce dimanche, la Pointe Vénus va accueillir la deuxième édition du Mahina American Day. Elle concorde avec la fête nationale américaine, Independance Day, qui a lieu lundi. On sait que la commune a toujours eu une passion pour l’Amérique depuis Emile Vernaudon, surnommé le Sherriff. Aujourd’hui, cet événement est présenté comme un hommage à la mixité de la population et aux passions des habitants de la commune, de la Harley Davidson aux clubs de danse hawaiienne.

Au programme, les chalands profiteront dès 9h d’une exposition de vieilles voitures américaines, pourront tester des balades en Harley Davidson, s’offrir des balades en poney, jouer au football américain, et profiteront de nombreux shows : cheerleaders, danse hawaiienne, défilé de Miss et Mister MahinaTeen, Show Time J-Army, Talent Show The Voice, Cardiofitness Dance… Et pour les enfants, des bouées gonflables et des paddles seront disponibles dans le lagon. L’événement se terminera à 17h.

American Day à la Pointe Vénus ce dimanche

American Day à la Pointe Vénus ce dimanche

American Day à la Pointe Vénus ce dimanche

Tahiti-Infos, le site N°1 de l’information à Tahiti

À la Une de votre Tahiti Pacifique Hebdo demain

À la Une de votre Tahiti Pacifique Hebdo demain
À la Une de Tahiti Pacifique Hebdo demain

• Le 2 juillet 1966, Aldébaran explosait au-dessus de Moruroa. La première bombe des essais nucléaires d’une campagne qui durera 30 ans et comptera 193 tirs. Aujourd’hui, les associations attendent que François Hollande tienne ses promesses du 22 février dernier. Pour cet anniversaire, deux annonces devraient être faites : un nouveau décret pour la loi Morin va être présenté le 6 juillet et la délégation de suivi des conséquences des essais nucléaires devrait être remise en place avec Bruno Barrillot à sa tête.

• Le dernier avenant adopté par Secosud pour prolonger de six mois la durée de concession d’électricité est illégal comme l’a notifié dans une lettre le haut-commissariat à Anthony Jamet..

• Alex du Prel, dans sa chronique, analyse l’impact sur l’économie polynésienne de l’agrandissement du canal de Panama.

• Culture : la semaine dernière, dans notre dossier spécial, nous avons mis en lumière le concours de chants et danses traditionnels, ainsi que la marche sur le feu qui ouvre les festivités de cet événement culturel ancestral. Dans cette édition, focus sur les autres « divertissements » du mois de juillet : le spectacle de Tamariki Poerani sur le marae Arahurahu, le Heiva Rima’i, le Heiva Tu’aro Mā’ohi et le Heiva Va’a.

Et bien sûr toutes nos rubriques habituelles et nos confidences. TPH, tous les vendredis, 250 Fcfp.

Tahiti-Infos, le site N°1 de l’information à Tahiti

Disjoncter une caméra de surveillance n’est pas une dégradation

Disjoncter une caméra de surveillance n'est pas une dégradation
PAPEETE, le 30 juin 2016 – La grève à l’huilerie de Tahiti en avril 2015 avait débordé sur le terrain judiciaire, une affaire qui vient seulement d’être réglée en appel : le juge a décidé de relaxer les quatre accusés et infirme donc la décision de première instance. Finalement, débrancher des caméras en coupant le disjoncteur n’est pas une dégradation de matériel…

Plus d’un an après, la grève à l’Huilerie de Tahiti arrive enfin à sa conclusion, dans un revirement de situation assez spectaculaire. Quatre salariés de l’Huilerie avaient été condamnés en première instance pour dégradation volontaire de matériel, à 181 000 Fcfp de dommages et intérêts, 60 000 Fcfp de frais de justice et une amende symbolique de 20 000 Fcfp avec sursis. C’était l’affaire des caméras de sécurité : des salariés mécontents avaient « débranché » selon les syndicats, « dégradé » selon la direction, les caméras de sécurité placées afin de surveiller le lieu de travail.

La surprise, c’est qu’en appel le juge a décidé d’aller dans la direction opposée : le jugement de 1ere instance a été infirmé, l’Huilerie de Tahiti déboutée de toutes ses demandes et les salariés ont été relaxés. Le délibéré a été rendu public ce jeudi matin.

L’affaire date d’avril 2015, en pleine grève à l’Huilerie de Tahiti (l’un des nombreux mouvements sociaux du « printemps social » 2015). Les grévistes, au milieu de leurs nombreuses revendications, dénonçaient deux de ces caméras de sécurité, l’une qui avait vue sur le réfectoire, l’autre qui apercevait la sortie des toilettes/douches. Pour protester, pendant la grève les salariés ont débranché toutes les caméras en enclenchant leur disjoncteur…

« LES DISJONCTEURS SONT FAITS POUR SÉCURISER L’INSTALLATION ET NE PEUVENT PAS DÉGRADER LE MATÉRIEL »

« Tout l’intérêt, c’est que les disjoncteurs sont faits pour sécuriser l’installation et ne pouvaient en aucun cas dégrader les caméras. Il ne pouvait pas y avoir de lien avec une dégradation des caméras » nous explique Isabelle Gaultier-Feuillet, l’avocate des grévistes. Elle reconnait que faire appel pour une condamnation aussi légère a pu surprendre, mais « l’enjeux, c’est d’abord une question de principe, mais aussi qu’une condamnation pénale pour dégradation du matériel de l’employeur est un motif de licenciement, et ça fait un casier judiciaire même pour une peine avec sursis. »

Son analyse de ce revirement : « en appel nous avons produit une expertise d’une société spécialisée dans les caméras de surveillance, qui explique ce qu’est un disjoncteur. Quand les grévistes l’ont enclenché ça avait débranché les caméras sans risquer de les endommager. Ils n’ont jamais touché aux appareils. » Un élément de preuve suffisant pour contredire les éléments de l’employeur : « deux factures de la société d’entretien des caméras, qui était venue chercher la panne et avait fini par enclencher l’interrupteur du disjoncteur… Tout ça pour dire que mes clients n’avaient rien fait ! »

L’avocat de l’huilerie, Olivier Guilloux, ne pense pas se pourvoir en cassation dans cette affaire. Il remarque cependant que les grévistes « ont reconnu dans le cadre de l’audition avec les gendarmes avoir dégradé les caméras par manipulation intempestive des interrupteurs. »

Tahiti-Infos, le site N°1 de l’information à Tahiti

La partie de chasse avait tourné au drame à Ua Huka

La partie de chasse avait tourné au drame à Ua Huka
PAPEETE, le 30 juin 2016. Joachim Teikiteepupuni était décédé lors d’une chasse à la chèvre en décembre 2012, à Ua Huka. Douze à 18 mois de prison avec sursis ont été requis à l’encontre du chasseur qui a tiré une balle mortelle.

Six hommes avaient pris leur fusil pour cette chasse à la chèvre. Les autres hommes partis pour cette chasse étaient les rabatteurs. Pour réparer deux mariages, une chasse à la chèvre avait été organisée à l’opposé des villages principaux de Ua Huka le 7 décembre 2012. Le rôle de chacun avait été défini avant le début de la chasse. Malheureusement tout ne s’est pas passé comme prévu : les chèvres ne se sont pas laissé faire aussi facilement et sont parties en différentes directions. Un des chasseurs a tiré deux coups pensant qu’il n’y avait pas de rabatteurs dans cette zone. Mais Joachim Teikiteepupuni a reçu une balle en pleine tête. « Pourquoi vous avez tiré alors qu’il pouvait y avoir des rabatteurs ? », demande la présidente du tribunal correctionnel au chasseur qui aussi agent communal sur l’île et très respecté par tous les habitants, comme l’a démontré l’enquête de personnalité. « Elles partaient dans tous les sens. C’est pour ça que j’ai tiré », répond le Marquisien.

Depuis le chasseur n’a jamais repris de fusil. Pendant deux jours après l’accident, il « était prostré et n’a pas parlé pendant deux jours », a noté la présidente du tribunal correctionnel. Il était sous le choc d’avoir tiré une balle qui a été fatale à Joachim qui avait 29 ans et était de sa famille.

Le procureur de la République a relevé que « la chasse n’était pas suffisamment organisée ou mal organisée et que cela avait accru le risque d’accidents ». Il a donc requis 12 à 18 mois de prison avec sursis à l’encontre du chasseur.

Le jugement du tribunal correctionnel a été mis en délibéré au 9 août prochain.

Tahiti-Infos, le site N°1 de l’information à Tahiti

Justice : Yves Conroy face à Nuihau Laurey

Justice : Yves Conroy face à Nuihau Laurey
PAPEETE, le 30 juin 2016. Dans le cadre d’une citation directe, Nuihau Laurey, vice-président, en charge du Budget et des finances était convoqué au tribunal correctionnel de Papeete.

L’EURL Ito Ra, gérée par Yves Conroy, reproche à Nuihau Laurey et Claude Panero, directrice du service des impôts et des contributions publiques, d’avoir « ordonné de percevoir à titre d’impôts de patentes, des sommes qu’ils savent excéder ce qui est dû ». C’est ce qu’on appelle la concussion. Le code pénal précise qu’il s’agit du fait pour une personne dépositaire de l’autorité publique ou chargée d’une mission de service public, de recevoir, exiger ou ordonner de percevoir à titre de droits ou contributions, impôts ou taxes publics, une somme qu’elle sait ne pas être due, ou excéder ce qui est dû.

Ito Ra, exploite cinq centrales photovoltaïques. La Direction des impôts et des contributions publiques lui a réclamé le paiement de cinq patentes pour 2015 en incluant « les loyers de la défiscalisation Girardin dans le calcul de la base imposable de la patente ». Mais selon Yves Conroy, habitué des procédures auprès de la justice, une décision du tribunal administratif montre que la taxe sur la valeur locative des locaux professionnels (TVLLP) « intégrant les loyers de la défiscalisation Girardin a été annulée par la décision de justice ».

Ce jeudi a eu lieu l’audience de fixation du montant de la consignation. Cette somme a été fixée à 100 000 Fcfp. L’audience a elle été fixée au 29 novembre.

La citation directe permet à la victime ou au procureur de saisir directement le tribunal en informant la personne poursuivie du lieu et de la date de l’audience.

Tahiti-Infos, le site N°1 de l’information à Tahiti

Décès de Keala : le conducteur de la voiture absent de son procès

Décès de Keala : le conducteur de la voiture absent de son procès
PAPEETE, le 30 juin 2016. L’homme qui avait renversé mortellement en 2013 Keala Raufea, alors âgée de 11 ans, a été condamné à 16 mois de prison avec mandat d’arrêt. Mais il n’est pas venu au tribunal ce jeudi.

Le 7 octobre 2013, Keala Raufea revenait de l’école. Vers 15 heures, elle descendait du bus, au PK 36, à Papara, et devait retrouver sa famille. Mais en traversant la route, elle s’est fait percuter par une voiture. A son grand-père, elle dira quelques mots : « j’ai mal papi ». Elle décédera dans le cabinet d’un médecin quelques instants plus tard.

Ce drame avait touché toute la Polynésie car de nombreux enfants traversent la route chaque jour aussi pour rentrer chez eux après être descendu du bus sans qu’il y ait une surveillance. Il posait ainsi la question de la sécurité des enfants à leur descente du bus.

Le chauffeur de la voiture était titulaire d’un permis pour conduire les engins militaires dans le cadre de sa formation au Régiment du service militaire adapté (RSMA) mais il n’avait pas encore été converti en permis B. Il ne le sera qu’une semaine après le drame…

Lors des débats devant le tribunal correctionnel, il a été souligné que le chauffeur pouvait ne pas avoir vu voir rapidement les enfants qui étaient descendus par l’arrière du bus. Mais Me Arcus Usang a souligné que le chauffeur « en voyant le bus aurait dû adapter sa vitesse à la situation. Il a fait des appels de phare à des enfants, c’est absurde. Quand on voit un bus scolaire, on n’arrive pas à 75 km/h. « 

Le procureur de la République a lui rappelé que les « enfants n’ont pas toujours la conscience du danger ». « Lorsqu’on est conducteur on doit être maître de son véhicule en tout temps et en tout lieu« , a rappelé le procureur Yann Hausner. « Lorsqu’un bus s’arrête, il va sans dire que ces passagers vont descendre ».

L’absence du chauffeur de la voiture à l’audience a été mal perçue par la famille des victimes. « On aurait préféré que le prévenu soit présent au moins pour qu’il reconnaisse ses torts », a confié Félix Bernardino, oncle de la jeune Keala, à la sortie de la salle d’audience (lire ci-contre). Le procureur aussi a regretté cette absence.  » Il ne peut rendre des comptes du point de vue moral et ça c’est inadmissible », a insisté le représentant du ministère public. « Il a démontré son incapacité à assumer ses responsabilités lors de l’instruction et aujourd’hui en étant absent ». Il a donc demandé trois ans d’emprisonnement avec un mandat d’arrêt « pour qu’il exécute » cette peine. Le tribunal correctionnel a rendu son délibéré face à la famille de la petite Keala, qui aurait eu 14 ans en janvier dernier, et a condamné le chauffeur à 16 mois d’emprisonnement avec mandat d’arrêt et suspension du permis de conduire pendant un an.

Depuis ce drame, des modifications ont été apportées sur la route de Papara : une ligne continue a été tracée pour interdire les doublements et un passage piéton a été tracé.

Félix Bernardino, oncle de Keala « Il faudrait sécuriser beaucoup plus »
Décès de Keala : le conducteur de la voiture absent de son procès
Le chauffeur de la voiture n’était pas là pour ce procès, qu’en pensez-vous ?

« Nous, la famille, voulions que ce procès se fasse le plus rapidement possible. Ça fait deux ans et demi. On aurait préféré que le prévenu soit présent au moins pour qu’il reconnaisse ses torts : il n’avait pas de permis de conduire civil il avait un permis militaire et il avait un manque d’expérience. Quand on fait des fautes il faut savoir les reconnaitre et au moins être présent par respect pour la famille.

Depuis il y a eu des aménagements sur cette route, est-ce suffisant selon vous ?

Les aménagements ont été faits car nous avions tiré la sonnette d’alarme à l’époque. Ces aménagements sont minimes à notre avis. Cet endroit est une ligne droite où les gens ont le pied lourd. Il faudrait sécuriser beaucoup plus.

Il faudrait que les politiques soient conscients du danger sur la plus grande ligne droite de tout le territoire celle de Atimaono. Il y a eu beaucoup de patrouilles de gendarmerie et des contrôles de vitesse sont réalisés. Mais il faut que ça s’arrête aujourd’hui. C’est une ligne droite de la mort.

Tahiti-Infos, le site N°1 de l’information à Tahiti

Gaston Flosse une nouvelle fois débouté dans l’affaire Davet-Lhomme

Gaston Flosse une nouvelle fois débouté dans l'affaire Davet-Lhomme
PAPEETE, 30 juin 2016 – La cour d’appel de Papeete a rejeté jeudi la perspective d’une action au civil pour Gaston Flosse dans l’affaire Davet-Lhomme. Le leader politique estimait avoir été victime de diffamation suite à la publication, à la veille des Territoriales de 2013 par le journal Le Monde, d’une enquête sur les circonstances de la disparition du journaliste Jean-Pascal Courraud.

> Lire aussi : Affaire Davet-Lhomme : Gaston Flosse débouté

Le leader autonomiste polynésien avait déposé plainte pour diffamation courant avril 2013, en dénonçant des « allégations et imputations de faits portant atteinte à l’honneur et à la considération » à la suite de la publication d’un article sur le site lemonde.fr d’une enquête, signée Gérard Davet et Fabrice Lhomme, qui révélait des éléments nouveaux dans l’information judiciaire ouverte pour assassinat et toujours en cours à Papeete 17 ans après la disparition inexpliquée du journaliste Jean-Pascal Couraud, dit JPK.

Débouté en première instance, Gaston Flosse s’était pourvu en appel pour demander à la cour que soit reconnue sa capacité à engager une action au civil, en demande de réparation du préjudice. L’arrêt est tombé jeudi matin. La demande est rejetée.

Tahiti-Infos, le site N°1 de l’information à Tahiti

Accident de la route à Papenoo : deux blessés

Accident de la route à Papenoo : deux blessés
PAPENOO, le 30 juin 2016 – Un accident de la route s’est produit à hauteur du PK 17.5 à Papenoo à 12h30.

Une voiture, stationnée sur l’accotement gauche de la chaussée sens Papeete/Taravao s’insère subitement sur la chaussée. Au même moment survient une moto. La voiture entre alors en collision avec le deux roues.

L’accident fait deux blessés : le conducteur et le passager de la moto. Ils ont été pris en charge et transportés au centre hospitalier de Papeete.

Les dépistages d’alcoolémie et de stupéfiants se sont révélés négatifs.

Tahiti-Infos, le site N°1 de l’information à Tahiti

Rugby – Championnat Sevens : Moorea crée la surprise en D2, Faa’a s’impose en D1

Ce samedi 25 juin se déroulait la dernière journée Sevens de 2e et de 1e division. Cette journée marquait également la fin des compétitions officielles de la Fédération Polynésienne de Rugby pour ce 1er semestre. Initialement prévue au stade Fautaua, la journée s’est finalement déroulée sur le terrain du stade communal de Pirae.

Rugby -  Championnat Sevens : Moorea crée la surprise en D2, Faa’a s’impose en D1
C’est la 2e division qui ouvrait les hostilités, avec la participation de 3 équipes pour cette 2e journée : l’équipe de Moorea, Jeunesse Rugby Moorea, l’équipe de Faa’a Rugby 2 et celle du RC Taravao. A la surprise générale, l’équipe de Moorea, dans le sillage de son capitaine Teiki Gleizal, s’impose lors de ses 2 matchs face à Faa’a (20 à 10) et face à Taravao (20 à 15) et remporte ce 2e tournoi de la saison. Au classement général, l’équipe de Faa’a Rugby 2, vainqueur samedi du RC Taravao (45 à 10) termine le championnat à la 1e place du championnat Sevens 2016 de 2e division proposé par la Fédération Polynésienne de Rugby.
 
La 1e division enchainait ensuite avec 4 équipes inscrites pour ce 4e tournoi de la saison : Faa’a Rugby, le RC Pirae, Punaauia RC et Oremu. Comme lors des 3 journées précédentes, les hommes de Teave ORBECK, entraineur de Faa’a Rugby, se sont imposés lors de ces 3 matchs et terminent donc le championnat Sevens en étant invaincus. Ils ont survolé la compétition et ainsi confirmé leur victoire obtenue en coupe à XV. C’est une belle récompense pour le club de Faa’a qui peut aligner, autour du Capitaine Andrew Vanaa, de nombreux jeunes avec des qualités physiques très intéressantes pour le Sevens (Kevin Hauata (17 essais), John Tamarono…)
 
Dans les résultats de la journée, à noter la belle seconde place des joueurs de la Punaruu, qui se sont imposés notamment face à l’équipe du RC Pirae (15 à 5) lors du match d’ouverture de la journée. L’équipe du RC Pirae a connu trop de problèmes d’effectifs durant cette compétition de Sevens pour inquiéter les joueurs de Faa’a, mais a su toutefois conserver les ressources pour terminer à la 2e place du classement général, autour du Capitaine Heimana Ah Min et de l’intenable Makalea Foliaki (14 essais).
 
A l’issue de la journée, les équipes se sont réunies autour du Président de la Fédération Polynésienne de Rugby, Apolosi Foliaki, pour la remise des trophées. Il en a profité pour rappeler aux joueurs que, outre les résultats sportifs, le rugby était un sport de valeurs et qu’il encourage chaque joueur à les vivre sur, mais aussi hors des terrains.
 
Avec ce doublé en 1e et 2e division, les joueurs de David Mairau (Président) et Laurent Tardieu (Trésorier) frappent un grand coup et envoient un message fort aux autres équipes avant le prestigieux Championnat à XV qui se déroulera au second semestre. Durant cette période de « vacances sportives », la FPR organisera des formations de cadres et invite, de nouveau, les clubs non-affiliés à régulariser leur situation avant la mise en place de son championnat à XV, qui débutera fin aout. TD

Tahiti-Infos, le site N°1 de l’information à Tahiti

Des conseils pour construire une maison écolo

Des conseils pour construire une maison écolo
PAPEETE, le 30 juin 2016. Pendant ces vacances, certains d’entre vous vont se lancer à fond dans les travaux de construction de leur maison. Chaque vendredi, retrouvez nos conseils pour que votre maison soit la plus confortable possible et respectueuse de l’environnement. Grâce à de bonnes astuces, on peut gagner jusqu’à 7 degrés de moins dans une maison.

Ouest, sud, nord ?

Une bonne orientation de votre fare permettra de minimiser les surfaces les plus

exposées aux rayonnements solaires, c’est-à-dire les façades est et ouest, qui captent en janvier et février deux fois plus d’énergie solaire que la façade nord.

Il est difficile de donner un schéma type de l’agencement du fare. Mais on essayera de placer des espaces tampons entre les façades exposées le plus au soleil (est, ouest et nord) et les pièces de vie.

La ventilation du fare devra pouvoir traverser plusieurs pièces dans l’épaisseur du bâtiment afin de pouvoir créer un courant d’air, permettant l’évacuation de la chaleur.

On devra éviter les expositions nord-est et nord-ouest dans une pièce de vie afin de limiter les apports solaires. Ainsi, les pièces de vie de la journée seront placées au sud et seront protégées des apports solaires par des espaces tampons (garage, cellier, salle de bains, toilettes…) à l’est, à l’ouest et au nord. Les chambres placées au sud-est seront plus fraîches la nuit. La véranda doit être placée au nord, elle protégera très efficacement la façade nord du rayonnement solaire.

La végétation est votre amie !
Des conseils pour construire une maison écolo
Afin de réduire l’exposition au soleil des murs et des ouvertures, il est très avantageux d’utiliser, au nord et au sud, des masques intégrés à l’architecture de votre fare (débords de toiture, véranda, auvents…) et d’utiliser des masques végétaux à l’est et à l’ouest. Vous pouvez gagner jusqu’à 1,5°C dans votre fare le jour.

Et la terrasse ?

La terrasse dans une maison est très importante car c’est un espace très convivial. Mais avant de faire votre choix, réfléchissez à l’impact sur le confort intérieur de votre maison.

Une surface gazonnée sera bien préférable car elle est très peu réfléchissante et rafraîchira l’atmosphère proche de votre fare.

A l’extérieur, vous devez éviter les surfaces en béton ou carrelage qui réfléchissent le rayonnement solaire.

On mise sur le blanc
Un revêtement réfléchissant clair permet de limiter les apports dus à l’ensoleillement des murs. Entre un mur de couleur gris foncé et un mur blanc éclatant, la charge thermique est diminuée de 2/3. Un revêtement réfléchissant (blanc) stoppe l’entrée de chaleur la journée et n’empêche pas l’évacuation de chaleur éventuelle accumulée dans le local : apports internes (four, éclairage, personnes) et apports solaires provenant des ouvertures. Le vieillissement naturel, la pluie, les poussières et la pollution altèrent le pouvoir réfléchissant du revêtement. Il faut donc prévoir un entretien régulier : le nettoyage des murs quand la couleur ternit et des travaux de peinture si besoin est. Un revêtement réfléchissant clair est un moyen très efficace de lutte contre le rayonnement solaire. C’est la meilleure solution en Polynésie française (l’isolation des murs n’est pas très efficace car la température extérieure n’est pas très élevée). D’une mise en œuvre aisée et d’un excellent rapport performance-prix, un revêtement clair peut permettre de gagner 1°C sur la température de votre fare le jour.

Attention aux grandes baies vitrées

Le flux thermique traversant un vitrage simple est cinq fois plus important, pour une même exposition, que celui traversant un mur. Il est donc essentiel de limiter au maximum les apports solaires par les vitrages (fenêtres et baies vitrées). Pour cela, différentes actions sont à considérer. Compte tenu de la course du soleil dans le ciel, il faut réduire au maximum la surface de vitrage orienté à l’est et à l’ouest qu’on ne pourra pas efficacement protéger. Par contre, vous devez privilégier le vitrage orienté au nord et au sud. L’éclairage zénithal par la toiture, (hublot, vasistas, dôme, verrière ou velux) est absolument à éviter : le vitrage sera soumis toute la journée au rayonnement solaire et provoquera des surchauffes importantes dans votre fare.

Une énergie importante traverse les vitrages ; il faut donc minimiser autant que possible leur surface. Le rapport surface de vitrage sur surface totale des parois sera de l’ordre de 0,3 : cela permet de réduire considérablement les apports solaires.

L’utilisation de vitrages à faible coefficient de transmission ( vitrages réflecteurs ) permet la limitation des apports solaires



Page réalisée d’après le guide « Construire avec le climat »,
téléchargeable sur le site www.polynesie-francaise.ademe.fr

L’espace Info énergie
Cet espace est animé par des conseillers ayant pour mission, de fournir, en toute impartialité, un service gratuit d’informations et de conseils en économie d’énergie.

Sur rendez-vous (du lundi au vendredi, de 8h à 12h et de 13h à 17h), : 77 rue Octave Moreau, Taunoa.

Pour en savoir plus – tél. : 40 500 429 / vini : 87 331 430 / mail : eieconseil.pf@gmail.com / page FB https://www.facebook.com/EspaceInfoEnergie.

Tahiti-Infos, le site N°1 de l’information à Tahiti