Soirée de Gala – Mister Tahiti 2017 est…Kevin Richmond, 25 ans

La soirée d’élection de Mister Tahiti 2017 s’est déroulée ce samedi soir au Méridien dans une ambiance de folie. C’est finalement le candidat n°6 Kévin Richmond qui a remporté l’écharpe de Mister Tahiti 2017 qui lui a été remise par Gill Handerson, le lauréat 2016.

Soirée de Gala - Mister Tahiti 2017 est...Kevin Richmond, 25 ans
La 11e édition de Mister Tahiti était proposée par la société Megasmedia et Alexandre Talierciaux, en partenariat avec Polynésie 1e, Air Tahiti Nui…Comme chaque année, le spectacle aura été à la hauteur des attentes du public, avec une véritable ambiance de folie tout au long de la soirée. Chaque candidat avait son lot de supporters, ces derniers ont donné de la voix toute la soirée pour encourager leur favori.
 
Le 1er Challenger est Temehau Doom, le 2e Challenger est Mikaël Galera et le 3e Challenger est Kaise Deen.
 
Les douze candidats âgés de 18 à 29 ans ont plutôt réussi leurs prestations, sous les acclamations du public. Une trentaine de candidats avaient tenté leur chance initialement et Alexandre Talierciaux s’était montré satisfait de l’engouement manifesté : « Les candidats ont tous des profils très différents, ils représentent bien les différentes ethnies qui existent au fenua, car nous aimons le métissage. C’est un excellent cru. »
 
Différentes passages, prestations et intermèdes étaient au programme avec la tenue « surfwear », le défilé en tenue végétale très apprécié, le passage en maillot, sans oublier « l’épreuve talent » qui a permis à chaque candidat d’exprimer librement une facette de son caractère.
 
Les candidats ont évoqué par oral le souhait d’être un exemple pour la jeunesse polynésienne touchée par l’obésité, le désœuvrement, les maux de notre société, forçant pour certains leur timidité pour se dépasser et s’épanouir à travers des valeurs positives.
 
Le jury 100% féminin était composé de Vaea Ferrand, Leiana Faugerat, Tepiu Bambrige, Isabelle Guardia, Valentine Bluet, Liliane Liao, Tahia Teikikaine et Lurline Chung. La soirée a fait l’objet d’une retransmission en direct sur Polynésie 1e TV et Web avec une présentation d’Alexandre Talierciaux et Lovaina Chapman. Kévin Richmond représentera Tahiti à l’élection de Mister France 2018. SB

Soirée de Gala - Mister Tahiti 2017 est...Kevin Richmond, 25 ans

Soirée de Gala - Mister Tahiti 2017 est...Kevin Richmond, 25 ans

Soirée de Gala - Mister Tahiti 2017 est...Kevin Richmond, 25 ans

Soirée de Gala - Mister Tahiti 2017 est...Kevin Richmond, 25 ans

Soirée de Gala - Mister Tahiti 2017 est...Kevin Richmond, 25 ans

Soirée de Gala - Mister Tahiti 2017 est...Kevin Richmond, 25 ans

Soirée de Gala - Mister Tahiti 2017 est...Kevin Richmond, 25 ans

Tahiti-Infos, le site N°1 de l’information à Tahiti

Visite guidée du Conrad à Bora Bora (photos)

Visite guidée du Conrad à Bora Bora (photos)
BORA BORA, le 28 avril 2017. Le Conrad, ancien Hilton, a été inauguré officiellement ce vendredi en présence du propriétaire Louis Wane et du président du Pays. Visite guidée de cet hôtel qui a été entièrement rénové.

Après deux ans de travaux, l’hôtel situé motu To’opua a rouvert sous l’enseigne Conrad le 1er avril. Le Conrad, ancien Hilton, à Bora Bora, a été inauguré officiellement ce vendredi matin en présence du président du Pays, de la ministre du Tourisme, Nicole Bouteau, et de Jean-Christophe Bouissou, porte-parole du gouvernement, et du propriétaire de l’hôtel Louis Wane.

Après deux ans de travaux, l’hôtel, situé sur le motu To’opua, a été entièrement rénové. Pendant les travaux, commencés en mars 2015, l’hôtel n’a été complètement fermé que de septembre 2016 à fin décembre 2016. Les travaux ont permis à l’hôtel de se hisser vers une catégorie supérieure, sous la marque commerciale Conrad, une enseigne de luxe du groupe Hilton. Le Conrad vise désormais la même clientèle que le Saint-Régis ou le Four Seasons.

Pour réussir cette réouverture, Jean Duc a été nommé nouveau directeur de l’établissement. Ce sexagénaire a déjà travaillé dans des hôtels de luxe. En 2008, il avait pris la direction générale de l’Hôtel de la Cité Concorde Lyon, l’un des fleurons de l’hôtellerie lyonnaise. Il y a trois ans cet hôtel est passé sous l’enseigne Intercontinental. Pour se mettre aux normes de la marque, l’établissement avait dû réaliser de gros investissements. Un changement assez similaire à ceux qui arrive au Conrad, ancien Hilton. « Avant l’hôtel était Hilton et s’adressait à un certain niveau de clientèle maintenant on est Conrad. Cela signifie changer de conception de l’hôtellerie, de marque et de clients », explique Jean Duc. « L’hôtel est entièrement neuf, ce n’est plus le même. Le personnel est beaucoup plus nombreux. Aujourd’hui, on est environ 230. En vitesse de croisière, on sera 250, ce qui fait un peu plus de deux salariés par chambre. »

Le complexe de luxe comprend désormais 114 villas et suites dont 86 bungalows sur l’eau, parmi lesquels deux suites royales de 151 m2 et deux suites présidentielles à deux niveaux de 300 m2!

Le gouvernement a soutenu cette transition en accordant une défiscalisation. « Bien sûr nous invitons l’ensemble des structures hôtelières notamment cinq étoiles à se rénover quand elles le peuvent », souligne Nicole Bouteau, ministre du Tourisme. « Sur l’année écoulée, on est sur plus de 52 milliards de recettes touristiques avec moins de 200 000 touristes. Aux Fidji, ils ont le même montant de recettes mais pour trois fois plus de touristes. Cela veut dire que la Polynésie est une destination haute gamme et c’est ce sur quoi nous devons travailler. »

Avec les travaux, de nouveaux services ont été mis en place. Un club pour les enfants de 4 à 14 ans et des prestations de baby-sitting sont ainsi proposés. Quatre restaurants et deux bars ont également été aménagés.

Les touristes peuvent aussi se reposer au spa, qui a été placé en haut de la colline du motu, prendre soin d’eux à la salle de fitness ou jouer sur le mini-golf.

Les clients de l’hôtel peuvent aussi accéder au motu Tapu, situé à cinq minutes en bateau.

En 2016, les établissements hôteliers de Bora Bora ont affiché un taux de remplissage de 74.8 % selon l’Institut de la statistique de la Polynésie française. La direction du Conrad espère faire mieux. « On finit le mois d’avril pratiquement à 80 % », décrit Jean Duc. « Pour les mois qui viennent, jusqu’à septembre, on a un taux de remplissage très fort. On a beaucoup de nuitées où on est complet avec un prix moyen beaucoup plus haut que ne l’était celui du Hilton. »

Tahiti-Infos, le site N°1 de l’information à Tahiti

Concours Ta’iri Pa’umotu : les guitares vont « pleurer » le 5 mai

Concours Ta'iri Pa'umotu : les guitares vont
PAPEETE, le 28 avril 2017 – Face à l’engouement rencontré lors du premier concours Ta’iri Pa’umotu, place à une deuxième édition, pour le plus grand plaisir des bringueurs du fenua, adeptes de cette technique de frappe particulière. Rendez-vous vendredi, sur le paepae a Hiro de la Maison de la culture, pour des moments intenses de fête et de partage. Venez découvrir le talent de nos groupes locaux, l’entrée est libre.

L’année dernière, 18 groupes avaient participé à la première édition de cet événement musical rythmé et dansant, qui avait rassemblé plus de 600 spectateurs autour du somptueux banian trônant sur le paepae a Hiro. Fort de ce succès et alors que le rendez-vous devait avoir lieu tous les deux ans, la Maison de la culture et le Conservatoire artistique de la Polynésie française (CAPF) ont décidé de le pérenniser finalement chaque année. De quoi ravir les nombreux adeptes du ta’iri pa’umotu, soucieux de sauvegarder cette pratique culturelle ancienne. En effet, cette fameuse frappe, qui signifie « faire pleurer la guitare », s’est transmise dans les familles, seulement à l’oreille. « Notre objectif est avant tout de valoriser cette technique et de la promouvoir auprès des nouvelles générations qui écoutent surtout de la musique moderne », explique Fabien Dinard, le directeur du CAPF.

La frappe pa’umotu consiste à gratter la guitare de façon particulière, telle une percussion transmise sur le doigté quand on joue. Son origine serait en réalité multiple. Elle remonterait à l’époque des Poilus tahitiens qui auraient découvert ce type de frappe auprès des gitans ou, plus tard, au moment de l’engouement pour la guitare espagnole. On se souvient en effet du Bataillon des guitaristes du Pacifique engagé pendant la Seconde Guerre mondiale qui aurait pu s’en inspirer. Spécialiste de la discipline, Antoine Arakino a aussi entendu dire qu’elle existait bien avant que les Polynésiens ne partent pour l’Europe. Il raconte : « Auparavant, nous, les anciens, faisions la bringue du vendredi soir au lundi matin ! Alors, nous lâchions un peu les cordes pour moins nous fatiguer. » Et de préciser : « On voit tout de suite si les musiciens connaissent cette façon de jouer, ces accordages spécifiques et les variantes de frappes. » L’artiste sera président du jury aux côtés de trois autres experts en musique pa’umotu : Maxime Hauata, Tetia Fiedler-Velenta et Georges Bonnet.

Le déroulement du concours
Concours Ta'iri Pa'umotu : les guitares vont
Ouvert aux pratiquants professionnels et amateurs, ce concours accueille des groupes composés de quatre à cinq musiciens, qui montreront leur virtuosité pendant des prestations de cinq à huit minutes. Création ou reprise, avec ou sans interprétation vocale, les participants devront pratiquer trois rythmes au choix parmi une grande variété de styles (kaina, valse, pata’uta’u, marche, samba, foxtrot, rumba, rock et reggaeton). Le détail des instruments imposés dans la composition du groupe, consultable dans le règlement du concours, prévoit quatre instruments dont deux guitares, un ‘ukulele ou kamaka, une basse (ou une basse tura, un cajun, une contrebasse). L’utilisation d’un violon, d’un accordéon, d’un tītāpu, d’une guitare ou d’une mandoline est également tolérée en guise de cinquième instrument.

Si 14 formations ont d’ores et déjà retiré leur dossier d’inscription, les musiciens intéressés peuvent encore se présenter jusqu’au 3 mai. Mickey Spitz sera de nouveau l’animateur de cette soirée entièrement gratuite, qui promet des moments de partage intenses. Lors de la première édition, c’est le groupe des Tuamotu Tamariki Taenga qui avait remporté le premier prix (200 000 francs), suivi de l’association Natiraa Upa no Porinetia (150 000 francs) et des Tamarii Teanuanua (100 000 francs). Le public ne sera pas en reste, puisqu’un heureux gagnant sera tiré au sort et remportera un billet aller-retour dans les îles Tuamotu. Par ailleurs, la soirée sera captée par TNTV qui la rediffusera dès le lendemain sur le petit écran, à partir de 19h30. Notez enfin, qu’à l’instar des humoristes locaux du Tahiti Comedy Show, un projet d’enregistrement des lauréats de ce concours Ta’iri Pa’umotu est sur le point d’être finalisé. Quoi qu’il en soit, découvrez vendredi tout le talent de nos artistes polynésiens.

Infos pratiques
Concours Ta'iri Pa'umotu : les guitares vont
Clôture des inscriptions : le 3 mai

Concours : vendredi 5 mai, à 18 heures

Paepae a Hiro de la Maison de la Culture

Entrée libre

Contacts : 40 50 14 14 (CAPF) / 40 544 544 (TFTN)

Tahiti-Infos, le site N°1 de l’information à Tahiti

Dialyses : L’APURAD devra fermer ses site du CHPF et de Papara au 31 décembre 2017

Dialyses : L'APURAD devra fermer ses site du CHPF et de Papara au 31 décembre 2017
PAPEETE, le 28 avril 2017 – Mardi 18 avril, Polydial contestait devant le tribunal administratif le rejet de sa demande pour l’activité de soins « traitement de l’insuffisance rénale chronique par épuration extrarénale », la SARL Tahiti Nephro 1 et Tahiti NEPHRO 2 contestaient la présence de l’APURAD au CHPF . Vendredi matin le tribunal a délivré sa décision l’APURAD devra fermer ses centres de la Rotonde du Taone et de Papara au 31 décembre 2017.



Vendredi 28 avril, le tribunal administratif a décidé que et l’Association polynésienne pour l’utilisation du rein artificiel à domicile (Apurad) devrait fermer son site de la rotonde du centre hospitalier du Taaone ainsi que celui de Papara.

En effet, Mardi 18 avril Polydial contestait devant le tribunal administratif le rejet de sa demande pour l’activité de soins « traitement de l’insuffisance rénale chronique par épuration extrarénale ». En parallèle les SARL Tahiti NEPHRO 1 et Tahiti Nephro 2 contestaient l’autorisation d’installation de l’APURAD sur le site de la Rotonde.

Début juin 2016, le Pays avait pris une série d’arrêtés afin de répartir le traitement de l’insuffisance rénale chronique en Polynésie française par dialyse.

Aujourd’hui la SARL Dialyse Polynésie, Diapol, la SARL Tahiti Nephro 2, la SARL Tahiti Nephro 1 et Apurad assurent ce type de traitements. La société Polydial, quant à elle, s’est vu refuser sa demande d’activité.

En août 2015, le président du Pays avait ouvert la période de dépôt de demandes d’autorisation pour l’activité de soins « traitement de l’insuffisance rénale chronique par épuration extrarénale ». La société Polydial avait déposé son dossier fin novembre de la même année. Or, Polydial localisait « l’exploitation d’une unité d’hémodialyse dans un futur pôle de santé privé (Mana ora) à Punaauia ». Le pôle privé Mana Ora n’ayant fait « l’objet d’aucune demande d’autorisation de création d’un établissement de santé privé auprès de la Polynésie française » comme l’indiquait le ministre de la Santé de l’époque. Cependant la société Polydial, proposait en janvier 2016 de mettre en œuvre de manière transitoire un pôle au sien de la clinique Cardella.

Le ministre avait débouté ces demandes. Mais comme nous l’expliquions dans notre article du 18 avril 2017,  » les textes prévoient que pour déterminer les besoins de la population, il faut se référer au schéma d’organisation et à la carte sanitaire, qui étaient « absents », selon le rapporteur public, au moment de la période de dépôt de demandes d’autorisation pour l’activité de soins traitement de l’insuffisance rénale. Le nouveau schéma d’organisation a en effet été adopté en février 2016. Le précédent schéma d’organisation sanitaire 2003-2007 avait été prorogé en 2008. » Or la décision ne s’était appuyée que sur une simple note de synthèse. D’où la decision du tribunal.

Pour le cas des SARL Tahiti Nephro 1 et Tahiti Néphro 2, ces dernières dénonçaient une « d’erreur manifeste dans l’appréciation des besoins de la population », mais aussi une « procédure déguisée de délégation de service public, ce qui l’entache de détournement de procédure ». Par ailleurs les SARL allaient même jusqu’à parler de pratiques anticoncurrentielles,  » entérine un traitement de faveur au bénéfice de l’APURAD qui bénéficie d’un quasi-monopole de fait concernant les unités de dialyse médicalisées ; il est illégal en raison de ses effets anticoncurrentiels. »

Le tribunal a tranché en faveur des SARL Tahiti Nephro 1 et 2 et a décidé la fermeture du site du CHPF dénommé La Rotonde au 31 décembre 2017.

Tahiti-Infos, le site N°1 de l’information à Tahiti

Réception en l’honneur des sapeurs-pompiers à la Présidence

Réception en l’honneur des sapeurs-pompiers à la Présidence
PAPEETE, le 28 avril 2017 – Les sapeurs-pompiers ont été reçus, jeudi soir, à la Présidence par le Président Edouard Fritch pour une réception organisée en leur honneur.



Rappelant les intempéries subies par la Polynésie les 22 janvier et 17 février derniers, le Président Edouard Fritch a ainsi tenu à remercier l’ensemble des sapeurs-pompiers, qu’ils soient militaires, civils ou bénévoles, et leur témoigner sa profonde reconnaissance pour leur dévouement, leur professionnalisme et leur courage pour l’aide apporté à la population lors de ces événements.

Un vibrant hommage a d’ailleurs été rendu au sapeur-pompier de Faa’a qui a perdu la vie au cours d’une opération de secours lors de ces intempéries.

A cette occasion également, deux conventions ont été signées, l’une concernant notamment la formation de tous les citoyens aux gestes qui sauvent. Pour une meilleure mutualisation des moyens, la création d’un centre de traitement des appels devrait en outre être mise en œuvre dans trois communes avant la fin de cette année.

Durant cette réception, plusieurs médailles ont été remises aux personnalités présentes. Actuellement en mission en Polynésie française, le colonel Eric Faure, président de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France, a ainsi remis au président Edouard Fritch la médaille d’honneur fédérale pour son engagement en faveur des pompiers. La cérémonie s’est déroulée en présence notamment du président de la fédération polynésienne des sapeurs-pompiers, Gaston Tunoa, et du président du CGF (centre de gestion et de formation), René Temeharo.

Tahiti-Infos, le site N°1 de l’information à Tahiti

Pharmacies, médecins et vétérinaires de garde du lundi 1er au mardi 2 mai 2017

Pharmacies de garde : Du lundi 1er mai 2017

Papeete : Pharmacie du VAIMA. Tél. 40 42 97 73

En cas de réelle urgence établie par une ordonnance du jour sur laquelle le médecin aura inscrit l’heure de la prescription, veuillez appeler la DSP au 40 47 01 47 ou 40 47 01 44.

Faa’a : Pharmacie TAHITI-FAA’A. Tél. 40 82 79 79

En cas de réelle urgence établie par une ordonnance du jour sur laquelle le médecin aura inscrit l’heure de la prescription, veuillez appeler veuillez appeler la gendarmerie de Faa’a au 40 46 72 00

Punaauia : Pharmacie AITO. Tél. 40 45 57 70

En cas de réelle urgence établie par une ordonnance du jour sur laquelle le médecin aura inscrit l’heure de la prescription, veuillez appeler la police municipale de Punaauia au 40 54 38 60

Médecins de garde : www.ordre-medecins-polynesie.com/accueil/

Du lundi 1er mai 2017 à partir de 06h00 au mardi 02 mai 2017 à 06h00

Iles du vent :

-secteur Papeete-Faa’a et Punaauia : Dr GARDELLI-DE-QUINCENET Gilles Tel. 40 42 35 36

-Secteur Papeete-Pirae-Arue-Mahina : Dr DEBRUYNE-BRODELLE Véronique Tel. 40 83 48 00 – 87 73 25 44

-Commune de Paea : Dr BOUTRY Bruno Tel. 40 53 27 53

-Commune de Papara : Dr MORIN Eric Tel. 40 57 39 99

-Taravao et la presqu’île : Dr GAYET Stéphanie Tel. 40 57 51 57

-Secteur de MOOREA : Dr BUSSEUIL Brigitte Tel. 40 56 26 19

Iles sous le Vent :

-Ile de Bora-Bora : Dr SEMERARO Hugo Tel. 40 67 67 37

-Ile de Huahine : Dr CARBONNIER Hervé Tel. 40 68 82 20

-Ile de Raiatea : Dr DIOCHIN Pascal Tel. 40 66 23 01

-Ile de Tahaa : Dr DANA Raphaël Tel. 40 65 65 67 – 87 76 12 76

TUAMOTU

– Ile de Rangiroa : Dr DUMONT Janick Tel. 87 28 89 86

En semaine de 19h00 à 06h00

MARQUISES

-Ile de Hiva Oa : Dr CHIU Philippe Tel. 87 73 49 55

CLINIQUES DE PAPEETE :

Clinique Cardella : Tél. 40 46 01 25 – 40 46 04 00

Samedi à partir de 12 h00 au lundi 06h00

En semaine de 19h00 à 06h00 le lendemain

Polyclinique Paofai : Tél. 40 46 18 18 poste 4114

Samedi à partir de 12 h00 au lundi 06h00

En semaine de 19h00 à 06h00 le lendemain

SAMU – Tel. 15 ou 40 42 01 01

Vétérinaire de garde : Du lundi 1er mai 2017

En dehors des horaires d’ouverture des cliniques, vous pouvez obtenir les coordonnées du vétérinaire de garde, pour les urgences uniquement, en téléphonant au 40 50 65 65.

Auae Faaa assure également les urgences au 89 36 51 58

Tahiti-Infos, le site N°1 de l’information à Tahiti

Pharmacies, médecins et vétérinaires de garde du samedi 29 avril au lundi 1er mai 2017

Pharmacies de garde : Du samedi 29 et dimanche 30 avril 2017

Papeete : Pharmacie du MARCHE. Tél. 40 42 06 77

En cas de réelle urgence établie par une ordonnance du jour sur laquelle le médecin aura inscrit l’heure de la prescription, veuillez appeler la DSP au 40 47 01 47 ou 40 47 01 44.

Faa’a : Pharmacie HEIRI. Tél. 40 82 23 23

En cas de réelle urgence établie par une ordonnance du jour sur laquelle le médecin aura inscrit l’heure de la prescription, veuillez appeler veuillez appeler la gendarmerie de Faa’a au 40 46 72 00

Punaauia : Pharmacie OTEANIA. Tél. 40 85 59 00

En cas de réelle urgence établie par une ordonnance du jour sur laquelle le médecin aura inscrit l’heure de la prescription, veuillez appeler la police municipale de Punaauia au 40 54 38 60

Médecins de garde : www.ordre-medecins-polynesie.com/accueil/

Du samedi 29 avril 2017 à partir de 12h30 au lundi 1er mai 2017 à 06h00

Iles du vent :

-secteur Papeete-Faa’a et Punaauia : Dr GALICHET Marie-Pierre Tel. 40 85 49 00 – 87 77 56 13

-Secteur Papeete-Pirae-Arue-Mahina : Dr DAVID Michel Tel. 40 48 00 11

-Commune de Paea : Dr BOUTRY Bruno Tel. 40 53 27 53

-Commune de Papara : Dr FAYOLLE Florence Tel. 40 43 30 33

-Taravao et la presqu’île : Dr RICHARD Ronan Tel. 40 57 05 15

-Secteur de MOOREA : Dr BUONAMINI Sabrina Tel. 40 56 15 55

Iles sous le Vent :

-Ile de Bora-Bora : Dr ROUSSANALY Azad Tel. 40 67 77 95

-Ile de Huahine : Dr BANFF Nataly Tel. 40 68 81 81

-Ile de Raiatea : Dr DIOCHIN Pascal Tel. 40 66 23 01

-Ile de Tahaa : Dr DANA Raphaël Tel. 40 65 65 67 – 87 76 12 76

TUAMOTU

– Ile de Rangiroa : Dr DUMONT Janick Tel. 87 28 89 86

En semaine de 19h00 à 06h00

MARQUISES

-Ile de Hiva Oa : Dr CHIU Philippe Tel. 87 73 49 55

CLINIQUES DE PAPEETE :

Clinique Cardella : Tél. 40 46 01 25 – 40 46 04 00

Samedi à partir de 12 h00 au lundi 06h00

En semaine de 19h00 à 06h00 le lendemain

Polyclinique Paofai : Tél. 40 46 18 18 poste 4114

Samedi à partir de 12 h00 au lundi 06h00

En semaine de 19h00 à 06h00 le lendemain

SAMU – Tel. 15 ou 40 42 01 01

Vétérinaire de garde : Du dimanche 30 avril 2017

En dehors des horaires d’ouverture des cliniques, vous pouvez obtenir les coordonnées du vétérinaire de garde, pour les urgences uniquement, en téléphonant au 40 50 65 65.

Auae Faaa assure également les urgences au 89 36 51 58

Tahiti-Infos, le site N°1 de l’information à Tahiti

Motu Uta, l’île de la Reine

Motu Uta, l’île de la Reine
PAPEETE, le 28 avril 2017. « Ce qui frappe tout d’abord quand on arrive dans la rade, c’est un petit îlot à fleur d’eau comme une émeraude et sur laquelle flotte le pavillon d’O-Taïti. Moutu-Outa où l’île de la Reine, tel est le nom de cette île miniature.»

Depuis la nuit des temps, cette petite île de sable gardait gracieusement l’entrée de la rade de Papeete et ce, jusqu’en 1962. Autrefois propriété de villégiature Pomare, motu Uta devint tour à tour un fortin, un îlot de quarantaine pour les voyageurs originaires de régions à risque sanitaire, un lieu d’internement lors des deux guerres mondiales, un lieu de fêtes, avant d’être englobé par l’agrandissement du port de Papeete.

Motu Uta, l’île de la Reine
Pomare II installa sa résidence secondaire sur cet îlot où il se retirait pour traduire la Bible sous la conduite des linguistes de Londres. Mais il arrivait aussi que la case royale se transformât en vide-bouteille ! Ce petit îlot servit occasionnellement de résidence à la reine Pomare IV.

C’est à Motu Uta que le drapeau personnel de Pomare IV sera amené par Bruat pour faire place au pavillon français. Au début du Protectorat, l’îlot sera aménagé en fortin avec quelques canons pour protéger le port de Papeete.

Un Lazaret dans la baie de Papeete
Dans les années 1900, Motu Uta est aménagé en lazaret pour la mise en quarantaine des passagers, équipages et marchandises en provenance de ports où sévissait la peste. Il fut ravagé par le cyclone des 5 et 6 février 1906, puis reconstruit.

Une prison pendant les deux guerres mondiales
Motu Uta sera un lieu de réclusion pour des prisonniers politiques lors des deux guerres mondiales. Les patriotes de Tahiti y « embastillèrent » les ressortissants des nations ennemies de la France (allemands, autrichiens, japonais, pétainistes) mais également des français originaires d’Alsace. Ces reclus provisoires passaient le temps comme ils le pouvaient, certains travaillaient la nacre, dessinaient, écrivaient des poèmes, ou même des petites pièces de théâtre qu’ils faisaient jouer par leurs co-détenus

Un lieu de fêtes
Un Tahitien, autrefois jardinier au service de la royauté, passa toute son existence sur ce motu, observant les mouvements des navires de commerce et de guerre visitant Tahiti. Il connaissait tous les équipages et l’on raconte qu’il organisait « en douce » sur l’îlot des fêtes nocturnes bien arrosées, voire lubriques pour des officiers de marine et quelques notables de Tahiti. Des anciens de Tahiti peuvent encore vous raconter les soirées inoubliables de l’actrice Martine Carol sur Motu Uta.

La disparition du Motu Uta
La construction d’une digue courant le long du récif d’une longueur de 2,2 km qui reliera le légendaire îlot de Motu Uta à Fare Ute, et le remblaiement de l’îlot de Motu Uta, commencèrent durant l’année 1962. Ces travaux d’extension des installations portuaires qui dureront près de quatre ans défigureront pour toujours la belle baie de Papeete.

Motu Uta, l’île de la Reine

Motu Uta, l’île de la Reine

Motu Uta, l’île de la Reine

Motu Uta, l’île de la Reine

Motu Uta, l’île de la Reine

Motu Uta, l’île de la Reine

Motu Uta, l’île de la Reine

Motu Uta, l’île de la Reine

Tahiti-Infos, le site N°1 de l’information à Tahiti

Les étudiants polynésiens à la rencontre des institutions européennes

Les étudiants polynésiens à la rencontre des institutions européennes
PAPEETE, le 28 avril 2017 – La Déléguée de la Polynésie française à Paris, Caroline Tang, a souhaité présenter le Parlement européen et la Commission européenne aux étudiants polynésiens.



Ce projet, à l’initiative de la Délégation, a pu se concrétiser, jeudi, à Bruxelles, grâce au concours financier et à l’appui logistique du Député européen Maurice Ponga. Seize étudiants en provenance de Paris, Toulouse, Montpellier et Angers, et des socio-professionnels, ont ainsi pu avoir un aperçu du travail parlementaire en assistant notamment à une mini session du Parlement et en découvrant les opportunités et potentiels offerts à la Polynésie française par l’Europe.

C’est autour d’un déjeuner offert par le député dans l’enceinte du Parlement que la délégation a ensuite échangé sur leurs projets personnels avec deux représentants de la Commission européenne : Denis Salord, chef de l’unité en charge des Pays et territoires d’outre-mer et Antonio Ilalio, expert national en charge des PTOM français.

Une séance de photos souvenir a clôturé la visite dans un climat convivial, avec le projet commun de renouveler l’expérience en 2018 et l’espoir de susciter des perspectives de carrières dans les institutions européennes.

Tahiti-Infos, le site N°1 de l’information à Tahiti

Un homme tué par un gendarme lors d’une intervention sur une bagarre à Paea

Un homme tué par un gendarme lors d'une intervention sur une bagarre à Paea
PAEA, le 20 avril 2017 – Le drame s’est produit hier soir alors que les gendarmes intervenaient pour séparer deux hommes qui se bagarraient violemment sur fond de rivalité amoureuse. Les circonstances seraient « purement accidentelles » selon le procureur de la République Hervé Leroy, contacté par la rédaction. Le gendarme a été placé en garde à vue et une enquête pour homicide involontaire a été ouverte par le parquet.

Selon plusieurs sources, le militaire aurait pu confondre son arme de service létale avec son pistolet à impulsion électrique, généralement utilisé en dernier recours pour maîtriser les forcenés. Une version confirmée par le procureur de la République Hervé Leroy : « Les gendarmes sont intervenus pour séparer deux personnes qui se battaient. Malheureusement, par inadvertance et vu les circonstances, le gendarme a pu penser sortir son pistolet à impulsion électrique et a sorti son arme. C’est purement accidentel ».

La victime est décédée « très rapidement ». Le gendarme, lui, a été placé en garde à vue et une enquête pour homicide involontaire a été ouverte.

A Paea, c’est la stupéfaction du côté des proches du malheureux, connu sous le surnom de Bouddah : « C’était un ami, nous sommes très tristes« , nous raconte Philippe. « Il allait sur ses 40 ans et il était jardinier au musée de Tahiti et des îles« . « Il était un peu bagarreur, il avait quelques petites affaires », ajoute ce proche de la victime qui parle « d’une énorme bagarre qui a éclaté » hier soir à Paea entre 22 h 30 et minuit. Bouddah était semble-t-il parti se battre avec un rival dans le cadre d’une affaire de cœur.

Tahiti-Infos, le site N°1 de l’information à Tahiti